Preuves et présomptions en linguistique de corpus

L’Ecole Doctorale 139 de l’Université Paris Nanterre organise un séminaire pluridisciplinaire thématique. Cette année (2020-2021), le thème imposé est “Preuves et présomptions”.

Avec Sylvain Kahane, professeur en sciences du langage à l’Université Paris  Nanterre, nous avons accepté l’invitation. Le défi thématique nous semblait intéressant à relever en tant que linguistes travaillant sur des corpus.

Nous abordons une question fondamentale pour la discipline : dans quelle mesure un travail sur corpus constitue-t-il la preuve d’une hypothèse modélisatrice en linguistique ? Après un rappel épistémologique sur la linguistique de corpus (son contexte d’émergence, ses prétentions, ses applications et ses limites), nous proposons deux études de cas en syntaxe : la forte limitation des auto-enchâssements centrés et la vérification d’un universal implicatif à la Greenberg. Ces études reposent sur l’exploitation de corpus où les phrases sont annotées par des arbres de dépendances syntaxiques.

Voici un lien pour télécharger la vidéo.

Cite this article as: Guillaume Desagulier, "Preuves et présomptions en linguistique de corpus," in Around the word, 28/03/2021, https://corpling.hypotheses.org/3522.


Guillaume Desagulier

UMR 7114 MoDyCo — Université Paris 8, CNRS, Université Paris Nanterre, Institut Universitaire de France.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search